Caudiès de Fenouillèdes

Carte de Cassini Caudiès de FenouillèdesLe (ou les) Fenouillèdes, plus rarement et improprement le Fenouillède (Fenouillèdes étant une mauvaise lecture/adaptation de l’occitan Lo Fenolhedés et en catalan el Fenolledès et anciennement aussi Fenolhet et Fenollet en catalan) est une région naturelle française des Pyrénées-Orientales, située dans la Région du Languedoc-Roussillon.

Comme toutes les régions « naturelles », le Fenouillèdes a des limites floues ; on pourrait le définir comme la partie des Pyrénées-Orientales qui appartenait déjà à la France avant le traité des Pyrénées, ou comme la partie de ce département où la langue d’origine est l’occitan.

Sous l’occupation romaine, le territoire fait partie, dès 120 av.JC, de la province Narbonnaise. De cette présence romaine restent des vestiges, dont le plus connu est vraisemblablement l’aqueduc d’Ansignan.

Les Wisigoths envahissent la région au Ve siècle. Le territoire est alors situé au sud de leur royaume, la Septimanie. Les Francs, menés par Pépin le Bref, arrêtent les musulmans qui avaient envahi l’Espagne dès 711, emmené par le Maure Musa ibn Nysaïr, depuis le Maroc. La construction de sites religieux, tel le Chapitre de Saint-Paul-de-Fenouillet, est ensuite encouragée, notamment par Charlemagne. La Septimanie est divisée en 842 sous Charles le Chauve, laissant les places du Fenouillèdes au sein d’une entité appelée Marche d’Espagne. Le premier vicomte est installé au château de Fenouillet dès le Xe siècle.

Le FenouillèdesPagus Fenolietensis », à savoir Pays des Foins ou du Fenouill) fait partie intégrante du Languedoc et de l’Occitanie mais son histoire est intimement liée avec ses voisins catalans voire espagnols (voir Nuno Sanche de Roussillon). Le « château cathare » de Quéribus atteste de ce passé tumultueux.

C’est au cours du Moyen Âge que la vigne se développe dans la région.

Le Fenouillèdes a vécu l’histoire des Cathares. Saint-Paul-de-Fenouillet conserve avec son Chapître, les vestiges de l’ancienne Abbaye de Saint Paul qui fut dotée par le Comte Sunifred au Xe siècle. Elle dépendait du diocèse de Narbonne puis fut rattachée en 1318 à l’évêché d’Alet.

La région devient un asile pour les cathares persécutés par l’État français. Le Vicomte est contraint de s’exiler dans le Roussillon voisin. Aragonais au XIe siècle, possession du comte de Besalú, le Fenouillèdes est intégré au royaume de France par le Traité de Corbeil (1258), signé entre le roi Louis IX et Jacques Ier d’Aragon, qui fixe la frontière avec l’Aragon au sud du Fenouillèdes, alors comprenant également les environs d’Escouloubre et de Puilaurens, aujourd’hui audois. De nombreuses bornes-frontières témoignant de la frontière séparant la couronne française du Roussillon appartenant au royaume d’Aragon sont visibles encore de nos jours, notamment près de Bélesta ou de Montner. Cet accord est un moyen de clarifier les possessions de chaque camp, puisque le territoire était jusqu’à lors morcelé en nombreuses enclaves.

Le Traité des Pyrénées de 1659 mettra fin à cette situation avec l’annexion par la France du Roussillon.

Lors de la création des départements français en 1790, le Fenouillèdes est amputé de sa partie haute, à savoir la vallée de la Boulzane, qui est rattachée à l’Aude.
Après une période moderne et un XIXe siècle encore partagés entre une agriculture orientée vers l’élevage ovin et caprin, ainsi que la céréaliculture  et une industrie métallurgique dont le dynamisme relatif est soutenu par l’exploitation forestière. L’exode rural touche très profondément le Fenouillèdes, dont une partie de la population choisit de rester pour perpétuer la culture de la vigne, dont la surface se réduit considérablement. Ce phénomène ralentit après la Seconde Guerre mondiale mais reste présent, même si dans le même temps s’opère une mutation de la structure économique, notamment autour de l’activité viticole qui bénéficie des démarches de qualité et de labellisation à partir des années 1970.

En 2009, l’éventualité de la création d’un parc naturel régional regroupant le Fenouillèdes et une partie des Corbières a été émise. Les discussions sont toujours en cours en 2012 et 2013.

Flag of France.svg En français Occitanie En occitan Flag of Catalonia.svg En catalan
Ansignan Ancinhan Ancinyà
Bélesta Belhestar Bellestar
Calce Calce
Campoussy Camporsin Camporsin
Caramany Caramanh Caramany
Cassagnes Cassanhas Cassanyes
Caudiès-de-Fenouillèdes Caudièrs de Fenolhet Caudiers de Fenollet
Felluns Felhunhs Felluns
Fenouillet Fenolhet Fenollet
Fosse Fòssa Fossa
Lansac Lançac Lançac
Latour-de-France La Tor de Trinhac ou
La Tor de França
La Tor de França
Lesquerde L’Esquèrda L’Esquerda
Maury Maurin Maurí
Montalba-le-Château Montalban del Castelh
Montner Montner
Pézilla-de-Conflent Pesilhan de Conflent Pesillà del Conflent
Planèzes Planesas Planeses
Prats-de-Sournia Prats de Sornhan Prats de Sornià
Prugnanes Prunhanas Prunyanes
Rabouillet Rebolhet Rebollet
Rasiguères Rasiguèras Rasigueres
Saint-Arnac Çantarnac Centernac
Saint-Martin Sant Martin de Fenolhet Sant Martí de Fenollet
Saint-Paul-de-Fenouillet Sant Paul de Fenolhet Sant Pau de Fenollet
Sournia Sornhan Sornià
Tarerach Tarerac
Trévillach Trevilhac Trevillac
Trilla Trilhan Trillà
Vira Viran Virà
Le Vivier Le Vivièr El Viver
© Magical-Justine.fr